Critique : Le Casse De Central Park (2011)

Le Casse De Central Park 1

Échec à la tour.

Bousculé, mal-aimé, voire même haï par certains cinéphiles. Malgré ses indiscutables succès commerciaux, Brett Ratner cultive auprès du public une image de réalisateur moyen, générant beaucoup de ressentiment en s’aventurant à redessiner des symboles (X-Men, Hannibal Lecter) alors même qu’il ne possède pas l’étoffe artistique nécessaire pour leur apporter un nouvel éclat. Ce n’est d’ailleurs qu’au sein de projet de nature plus « confidentielle » qu’il se révèle moins agaçant, même s’il persiste à demeurer un bête faiseur à la botte du système hollywoodien.  Il y a ainsi dans Le Casse De Central Park une réelle volonté de s’approprier un héritage, d’instaurer une filiation avec le polar américain des années 60’-70’ (on retrouve d’ailleurs, parmi les oeuvres de référence de Brett Ratner, Les Pirates Du Métro 123 de Joseph Sargent). Cette fascination que porte le metteur en scène pour cette période du cinéma américain ne date pas d’hier – rappelons ainsi qu’il s’était attribué les services de l’illustre Lalo Schifrin (Bullit, L’Inspecteur Harry, la série Mission: Impossible) pour signer la bande-son de Argent Comptant, la trilogie Rush Hour et de son polar ensoleillé, le mal nommé Coup d’Éclat. Mais ce que le réalisateur souhaite surtout ici, c’est s’amuser et nous amuser en compagnie de sa bande de pieds nickelés. Ainsi, cette version « branquignole » de L’Inconnu De Las Vegas marie le sérieux à la décontraction, et on y disserte autant de détournement de fond que de la taille des testicules. La finesse d’esprit n’était déjà pas un des fondamentaux de son cinéma, et semble ici s’être, une fois encore, carapaté au fond du scénario, pourtant supervisé par Ted Griffin (Ocean’s Eleven, Les Associées) et Jeff Nathanson (Arrête-Moi Si Tu Peux). En même temps, que pouvions nous attendre de plus d’une production réunissant deux acteurs restreints aux intrigues bêtifiantes (Ben Stiller, mais surtout Eddie Murphy) et une équipe de forçats du septième art tombé aux oubliettes (Tea Leoni, Alan Alda, Matthew Brodderick). C’est évident, l’alchimie entre les membres du casting est réel. Mais ce ne sera ni eux, ni les gags bas de plafond qui viendront sauver le métrage du naufrage. En réalité, c’est l’ambiance visuelle et sonore construit autour de cette histoire d’arnaque qui apportera ce « petit plus » qui permettra au film d’être agréable. Main dans la main, le chef opérateur, l’immense Dante Spinnoti, et le compositeur, Christophe Beck, sont tous deux parvenus à reproduire ce curieux mélange de gravité et de frivolité qui nimbait les productions des années 60’. Le soin apporté à la photographie et à la musique donne alors beaucoup de poids aux mésaventures, par ailleurs forts bien troussé, de ces apprentis voleurs. Il n’en faudra finalement pas plus pour apprécier cette gentille comédie qui ne restera malheureusement pas dans les mémoires. (2.5/5)

Le Casse De Central Park 2

Tower Heist (États-Unis, 2011). Durée : 1h45. Réalisation : Brett Ratner. Scénario : Jeff Nathanson, Ted Griffin. Image : Dante Spinotti. Montage : Mark Helfrich. Musique : Christophe Beck. Distribution : Ben Stiller (Josh Kovacs), Eddie Murphy (Slide), Alan Alda (Arthur Shaw), Casey Affleck (Cole Howard), Matthew Broderick (Chase Fitzhugh), Tea Leoni (l’inspecteur Gertie Fiansen).

Publicités

6 commentaires

  1. C’est dommage qu’avec un tel casting , cela ressemble plus à une réunion d’has been (je dis ça mais je ne l’ai pas vu). Pourquoi Ben Stiller se fait tant chier à faire ce genre de comédies alimentaires alors qu’il réalise des films géniaux? Comment Matthew Broderick a pu tomber aussi bas entre Ferris Bueller et ce film? Qu’est-ce que Casey Affleck vient foutre là? Pourquoi Eddie Murphy s’embourbe toujours dans ce genre de productions faciles qui ne nécessite quasiment jamais son génie comique (enfin celui qu’il avait dans les années 80)? Tant de questions qui rejoignent une autre: pourquoi Brett Ratner fait encore du cinéma?

    1. Ce n’est tout de même pas un film à jeter aux orties, il reste très plaisant. Mais c’est vrai qu’on se demande si on peut encore attendre autre chose de Brett Ratner que des divertissements sans reliefs.

    2. Son Hercule ne va certainement pas changer la règle mais au moins il se fera du pognon avec: il y a The Rock. Je pense néanmoins que ce sera un peu plus potable que le Hercule de Renny Harlin.

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s