Critique : 3 Days To Kill (2014)

3 Days To Kill 1

Du temps à tuer.

Les employés officiant au sein du système Europa sont décidément de sacrés farceurs. Dès le générique d’ouverture, ils dégoupillent La blague du film. « Sur une idée originale de Luc Besson. » Non mais il fallait oser ! « Originale. » Cela fait pourtant un baille qu’une idée originale n’a pas traversée l’hémisphère droit de notre chère Luc Besson. Ceci dit, c’est vrai qu’il en fallait, de l’imagination, pour écrire le scénario de 3 Days To Kill, long métrage d’action contant l’histoire d’un nettoyeur qui compte recoller les morceaux avec sa fille en même temps que casser du turque, de l’italien et du yougoslave en plein Paris. Quoi ? Ça ressemble à Taken ? Mais vous faites fausse route. Cette fois, le papa baston, il a un cancer qui le fait tousser comme un vieux tonneau. Il est cacochyme, le pauvre pépère. En plus, il est forcé de rompre sa promesse de remiser revolver dans son étui. En effet, il doit honorer un dernier contrat pour le compte d’une agent de la CIA sapée comme une péripatéticienne de province afin qu’il puisse obtenir sa picouse quotidienne de liquide fluo (vraisemblablement du plutonium… ou un spécimen de vaccins provenant de la réserve personnelle de Roselyne Bachelot) qui lui permettra, à long terme, de soigner ce mal qui le ronge. Un traitement expérimental aux effets secondaires néfastes : des vertiges, des hallucinations, causant ainsi de graves effets de déformation sur l’image – les mêmes que ceux qu’on trouve dans l’onglet « Filtre » de Photoshop CS5. Heureusement, ces réactions, fortement préjudiciables si vous êtes en train de pourchasser un chauve, disparaissent rapidement avec une bonne rasade de Vodka. Finalement, on est à des années lumières de Taken. À côté de cela, il y a de la tendresse, de la romance, de l’émotion. Le héros, Ethan, fait des tas de trucs avec sa fille : des tours de chaises volantes, boire du chocolat chaud, il lui apprend même à faire de la bicyclette devant les marches du Sacré Cœur. Franchement, il est super cool Kevin Costner. En plus, c’est un super acteur ! Il livre là une performance qui a du souffle. Son investissement physique lors de ces douloureuses scènes où son personnage est pris de quintes est total. On me dirait qu’il a des métastases collées aux poumons que ça ne m’étonnerais pas. Ça, cela aurait été de l’actor’s studio ! En plus, il porte super bien le cuire, ce qui, vous l’avouerez, ne gâche rien à l’affaire. Un beau programme ficelé par une intrigue d’espionnage habillement montée en épingle, avec une histoire d’albinos, de loup, de mallette, de grand Ballamouchi. On sent qu’il y a eu de la sueur, du sang, et du café versé sur ce script pour en faire un sujet d’actualité brûlant. En réalité, toutes ces petites vérités maquillées sous une généreuse couche de mauvaise foi cache un profond attachement à ce film d’action qui apparait comme un beau plaisir coupable. On ne sait si c’est la satisfaction de retrouver Kevin Costner dans un premier rôle, la mise en scène nerveuse de McG, la jolie photographie de Thierry Arbogast, ou bien ces traits d’humour parfois dévastateurs, mais 3 Days To Kill se révèle être un divertissement plus recommandable que les récentes productions sorties des usines Europa. (2.5/5)

3 Days To Kill 2

3 Days To Kill (France, 2014). Durée : 1h54. Réalisation : McG. Scénario : Luc Besson, Adi Hasak. Image : Thierry Arbogast. Montage : Audrey Simonaud. Musique : Guillaume Roussel. Distribution : Kevin Costner (Ethan Renner), Amber Heard (l’agent Vivi Delay), Hailee Steinfeld (Zooey Renner), Connie Nielsen (Christine Renner), Tomas Lemarquis (L’Albinos), Richard Sammel (Le Loup), Marc Andreoni (Mitat Yilmaz).

Publicités

19 commentaires

  1. Je ne me suis guère intéressé à cette sortie mais en te lisant, ça me semble être un étrange croisement entre Taken en effet et « 2 jours à tuer » (rien que le titre) avec Dupontel. Quant au commentaire, ça commence par un charclage ironique pour s’achever sur une note de bienveillance inattendue. On peut dire cet avis passe du rouge vif au vert tendre sans crier gare. Je reste tout de même bloqué sur la première partie qui ne m’incite guère à me rendre coupable du même plaisir.

    1. En même temps, j’étais resté sur le souvenir d’une Maggie Grace balançant des grenades sur les toits d’Istanbul dans Taken 2. À côté de ça, toutes les productions de Luc Besson sont des chefs d’œuvre.
      Mais 3 Days To Kill semble mieux assumer le fait que ça soit un peu du n’importe quoi, et je ne pouvait refouler ce plaisir que j’ai eu à regarder ce divertissement. D’où cette schizophrénie 🙂

  2. Plus que Taken, ce film semble être un parfait remake de la série No limit crée et financée par (roulements de tambour) Luc Besson! Ah ben tiens un agent secret retraité qui reprend du service pour avoir un traitement? T’as juste à changer Elbaz par Costner, c’est le même scénar jusqu’à la fille casse-pied, enfin d’après ce que j’ai compris. En fait plus qu' »inspiré d’une histoire originale de Luc Besson », c’est surtout « d’après la série No limit produite par Luc Besson ». Autrement dit, il nous prend encore une fois pour des cons.

    1. Je n’avais pas suivi No Limit. Déjà qu’au ciné, les productions Besson sont limites. Alors j’ose imaginer en série tv.

    2. Bah même sans avoir regarder 2flics (je ne le fais pas non plus, j’ai juste rigolé en voyant le final de la deuxième saison où le combat final avec Tcheky Karyo était d’une rare nullité), c’est exactement la même chose: un agent secret à la retraite (Elbaz, Costner) qui reprend du service pour un commanditaire énigmatique (pareil ici) et qui doit se coltiner sa fille casse-pied. La même chose! Déjà la transposition du Transporteur ressemblait à une mauvaise série B voire Z; je n’ose imaginer ce que va être la série Taxi qui va bientôt être diffusée sur la une.

    3. Tiens, j’avais oublié que la série Taxi était dans les tuyaux. En tout cas, je sais ce que je ne regarderais pas ce jour-là.

    4. Oui en effet et d’ailleurs le site LCI (qui appartient à TF1 et se garde bien de se faire reluire quand il y a une vidéo ciné au JT ou quand ils font une grosse audience genre les ch’tis) a sorti les grands moyens avec une belle vidéo making off avec les acteurs et les images du tournage. Cela va être un grand moment de poésie!

  3. L’intérêt majeur de ce film me semble être la présence du trop rare Costner. Après, si c’est pour le voir se fourvoyer dans une ènième production Besson bâtie sur la même recette que les précédentes (ciné ou télé), j’hésite.
    En tout cas, très beau billet, merci.

  4. Pas du tout intéressé par ce film personnellement, même s’il semble être un divertissement honnête d’après ce que tu en dis. Du coup, si je le vois, ce ne sera pas avant sa sortie vidéo.

    1. J’ai surtout été le voir pour Costner (et aussi pour ce parfum de plante potagère qui me pousse souvent à commettre d’énormes erreurs à l’entrée du ciné). Mais une découverte en vidéo fera parfaitement l’affaire 🙂

  5. Luc Besson recycle sa série « No Limit » avec moins d’action et moins d’humour mais un Costner plus charismatique qu’un Elbaz pourtant sympathique.. Résultat, je suis resté un peu sur ma faim même si je peux revoir ce divertissement du coin de l’œil 😉

    1. Oui, apparemment, ça ressemble beaucoup à sa série. En tout cas, 3 Days To Kill n’est pas la pire production d’Europa que l’on ait pu voir ces dernières années.

    2. Oui c’est vrai que c’est pas la pire même si pour ma part, je n’ai rien contre les productions Europacorp. Bien au contraire, j’en suis même assez friand car en général c’est gage d’un divertissement décérébré que je peux suivre sans prendre la tête avec plaisir.

    3. En tout cas, j’évite de formuler des jugements trop hâtifs sur les films qui sortent de ces usines. Malavita et 3 Days To Kill ont su me divertir, tout comme le premier Taken. Après, il y a quand même beaucoup de ratés dans la liste.

  6. On croirait qu’il voulait faire un sous-« Taken » avec une dose de « Breaking Bad » pour faire plus d’impact… autant dire que ça ne marche pas.
    Je préférais largement Malavita à ce film!

    1. Arf, entre les deux, mon cœur balance car j’aime beaucoup la performance de Kevin Costner sur ce film. Après, je ne sais pas si tu sera d’accord avec moi, mais je trouve que cela reste, quand même, meilleur que Taken 2.

  7. A ce stade, le film est en effet meilleur que Taken 2. Pas de scène de repérage à la grenade cette fois! 😀
    Par contre faire du vélo au Sacré Cœur, c’est pas trop recommandé…

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s