Critique : Wolverine – Le Combat De l’Immortel (2013)

Wolverine Le Combat De l'Immortel 1

Du ronin dans les veines.

Afin de panser l’hémorragie produit par un premier spin-off de triste mémoire (X-Men Origins : Wolverine), la réalisation de ce second volet des aventures de l’homme aux griffes d’acier fut un temps confiée à Darren Aronofsky, qui préféra finalement se lancer à l’assaut de l’arche de la désunion (le récent Noé), avant qu’elle échoue entre les mains de James Mangold, honnête faiseur à la filmographie respectable à défaut d’être impérissable. Sa riche expérience dans le registre du film d’action et l’œuvre commune qu’il partage avec l’acteur Hugh Jackman (le romantique Kate & Leopold) sont sans doute ce qui lui a permis de voir s’ouvrir grands les portes de cette séquelle, qui fait donc table rase de la calamiteuse adaptation supervisé par Gavin Hood pour démarrer sur de nouvelles fondations. Acculé par des blessures psychologiques que ses nuits ne parviennent plus à refermer, Logan, caverneux immortel, repose seul, au milieu des bois, vivant de cassoulet en conserve et d’alcool frais. Surgit alors, du fin fond de sa longue vit d’homme, une figure du passé dont il avait (presque) oublié l’existence : Yashida, son ancien geôlier à Nagasaki, devenu depuis un puissant industriel japonais qui pousse ses derniers souffles de vie. Ce retour aux sources d’un lointain passé permet au héros de rencontrer des personnages qui partagent avec lui sa solitude (Mariko) et sa monstruosité (Yukio). Griffée par les scénaristes Scott Frank et Mark Bomback, la quête de ce ronin pas comme les autres acquière donc enfin l’autorité qui lui était dû et dont l’avait honteusement privé sa première apparition en solo. Ainsi, la première partie pose les bases d’un récit prometteur, fort de scènes magnifiquement spectaculaires et de robustes enjeux dramatiques liés autour du désir de mortalité et d’un avenir à reconquérir. Pétrie de respect pour son sujet, James Mangold se penche, non sans dérision, sur l’inadaptation bestiale de son personnage à ce monde civilisé qui a fait de la fourberie une norme. Pas particulièrement dense, ni foncièrement original, ce scénario se révèle suffisamment solide et bien ficelé pour retenir l’attention du spectateur. D’un point de vu graphique également, il se dégage de cette estampe une belle atmosphère, soigneusement élaborée par le compositeur Marco Beltrami et le chef opérateur Ross Emery, qui mettent ici superbement en lumière la beauté du métissage offert par le paysage et la culture japonaise. Malheureusement, cette structure devient vulnérable une fois la narration accostée sur le littoral de nagasakien. Les personnages et l’histoire perdent alors lentement en curiosité, et certaines pistes narratives clés (le passé commun de Yukio et Mariko, les velléités père/fils entre Yashida et Shingen) restent à l’état embryonnaire. On aurait ainsi aimé en apprendre d’avantage sur cette venimeuse famille d’industriel japonais en pénétrant un peu plus dans leur passé. Mais bien que les promesses énoncées ne soient pas totalement respectées, Wolverine – Le Combat De l’Immortel reste un divertissement généreux et particulièrement encourageant. (3.5/5)

Wolverine Le Combat De l'Immortel 2

The Wolverine (États-Unis, 2013). Durée : 2h06. Réalisation : James Mangold. Scénario : Scott Frank, Mark Bomback. Image : Ross Emery. Montage : Michael McCusker. Musique : Marco Beltrami. Distribution : Hugh Jackman (Logan/Wolverine), Tao Okamoto (Mariko Yashida), Rila Fukushima (Yukio), Hiroyuki Sanada (Shingen Yashida), Svetlana Khodchenkova (Vipère), Will Yun Lee (Harada), Hal Yamanouchi (Yashida).

Publicités

38 commentaires

  1. Excellente chronique cher 2flics ! Un film injustement lynché – on gueule quand un blockbuster manque d’originalité et de transgressions mais quand y’en a un qui insuffle du noir et détourne les attentes ben on gueule aussi – et enfin à la hauteur de son charismatique personnage. La version longue est d’ailleurs encore un peu plus généreuse envers sa rage et sa dualité intérieure.

    1. Merci 🙂 Tu as tout à fait raison. Ce Wolverine n’est pas original, mais il respecte le personnage, et ça, c’est plutôt rare.
      Pour ce qui est de la version longue, je m’en mord encore les doigts d’avoir acheté la version ciné en bluray, mais en même temps, le prix pour l’acquérir (39 euros il me semble) était honteux. Mais j’ai vu que la Fox allait éditer, le 7 mai, une version avec les deux versions du film sans le bluray 3D à 19 euros. Je me laisserais peut-être tenter par cet achat.

    1. Mesuré, sans aucun doute parce qu’il y a des défauts assez évidents. Mais je te garantis que le plaisir est bel et bien là quand on regarde le film.

  2. Moi je n’ai pas gueulé contre! lol Un excellent volet que l’on peut voir comme un hommage à Black Rain. D’autant que visuellement cela vaut le coup et le personnage de Wolverine est abordé en profondeur, montrant définitivement un côté nostalgique qui semble être repris dans Days of future past.

  3. J’avais vu le film en salle l’été dernier et c’est sincèrement un des pires blockbusters que j’ai pu voir l’année dernière. Le scénario multiplie les incohérences en tous genres, le montage laisse clairement à désirer (faux-raccords) et la mise en scène est loin d’être flamboyante, surtout durant les séquences d’action. Pour un film de 120 millions de dollars, c’est presque impardonnable je trouve.

    1. J’ai vu pire hier pour trente millions de plus: White House Down. Une grosse merde patriotique, incohérente et qui pompe sans vergogne Piège de cristal. Un autre niveau.

  4. @borat8 Quand j’évoquais le budget, c’était pour mettre en avant l’aspect technique déplorable du film (réalisation médiocre, faux-raccords nombreux et effets spéciaux très limites). Je n’ai pas pris la peine de le préciser car il me semble évident que le budget influence davantage la forme du film plutôt que son fond. Et à ce niveau-là, White House Down est plus qu’honnête, n’en déplaise à certains. Après, le scénario c’est une autre histoire et il y a évidemment plein de choses à dire, mais c’est un autre débat.

    1. Bah c’est pareil dans le film d’Emmerich désolé. On voit que tout est fait sur fond vert, les hélicos sont en CGI, je ne veux pas dire mais avec trente de plus, White house down est plus moche que The Wolverine. Toute la séquence dans le jardin botanique est pompé sur Die Hard, sans compter le passage sur le toit. Bah justement aussi bien sur le fond que la forme, le film d’Emmerich aurait bien à envier à Wolverine, divertissement ou pas.

    2. Je parle de l’aspect technique et non du scénario, donc tu peux répéter tant que tu veux que c’est pompé sur Die Hard, ça n’en deviendra pas plus pertinent pour le point qui nous occupe : le visuel par rapport au budget. Et si tu parles de la mise en scène qui est pompée, tu vas chercher très loin. Sinon, je ne vois pas vraiment quoi te répondre, t’as certainement dû voir les films en dvdrip sur ton ordinateur pour avancer une telle ineptie. Car pour avoir revu les 2 en Blu-ray, celui de Wolverine est légèrement plus perfectible. Le charme asiatique fonctionne à merveille, je le reconnais volontiers, mais au niveau de la photo et de la réalisation, c’est beaucoup plus abouti du côté d’Emmerich, surtout durant les scènes d’action. Et au moins il nous épargne les faux raccords. Après je précise que je suis loin d’avoir adoré White House Down mais ta remarque initiale sur le budget par rapport à l’aspect technique n’est absolument pas pertinente, c’est juste ça.

    3. Encore une fois sur l’aspect technique, les effets spéciaux sont visibles à 20km. Même les voitures dans la poursuite sont numérisés pour un banal dérapage! Heu certes j’ai vu la daube d’Emmerich en streaming, mais j’ai vu The wolverine au cinéma donc merci de me prendre pour plus idiot que je ne le suis. 😉 Certains effets spéciaux n’étaient pas beaux et principalement lors de la scène du train, mais le film s’apprécie pour ce qu’il est. White House Down coûte plus cher et est bourré d’effets-spéciaux inutiles et moches. Là je ne parle pas du scénario tu vois.

    4. Ton seul argument sur l’aspect technique de White House Down demeure les effets spéciaux et c’est une appréciation que je ne partage pas, même si je peux la comprendre. Néanmoins, tu conviendras que voir un film en streaming n’est pas le meilleure façon pour pouvoir émettre un jugement pertinent. Et puis au-delà des effets spéciaux, qui relèvent d’une appréciation personnelle pour moi, il y a des éléments concrets (faux-raccords, mise en scène illisible…) qui font que Wolverine est en dessous techniquement et je ne te vois pas revenir dessus.

    5. Cool, je vais pouvoir jouer les médiateurs 😉
      J’ai vu, comme toi Wolvy, les deux films, au ciné puis en bluray. Pour la technique, je rejoins l’appréciation de Borat dans le sens où, les effets-spéciaux et la photographie sont plus séduisants dans Wolverine (j’approuve même le rendu de la scène du train, qui reproduit l’esthétique de la vitesse que l’on peut retrouver dans les mangas et animés japonais) que dans White House Down qui, mis à part durant les magnifiques scènes en intérieurs, sont assez ternes.
      Pour ce qui est de la réalisation durant les scènes d’action, je peux comprendre que l’on apprécie guère le choix d’un cadrage serré comme l’a fait Mangold ici lors des scènes de combats rapprochés. Les scènes d’action de White House Down sont ce qu’elles sont, mais elles sont plus lisibles. Mais j’avoue avoir pris davantage mon pied sur Wolverine.
      Après, concernant les faux raccords, perso, je m’en soucie guère, c’est une donné qui me passe à 10 000 au dessus de la tête (sauf si c’est hyper grossier). Pour avoir eu quelques expériences sur des tournages de très courts métrages, même en prenant toutes les précautions du monde, on ne les évite pas, que cela soit au moment du tournage ou du montage.

    6. Si surtout quand il est de qualité et pas bourré de pixels. Je le sais car avant certaines vidéos de Megaupload étaient crades et sur le site où je vais ce n’est pas le cas. Ensuite cela ne m’empêche pas d’apprécier un film streaming ou pas. Perso je n’ai pas vu de faux raccords ni dans l’un ni dans l’autre, donc je ne tape pas dessus. Ensuite pour la réalisation de White house down, c’est du gros bourrin pauvret. Regarde The raid, les combats sont en plans-séquences, pas en montage cut comme la plupart des films américains.

    7. Je confirme 2flics je l’ai vu tout récemment! Il suffit d’un changement de chemise ou de veste et cela part en couille. On a même failli mettre une mention « les faux-raccords sont totalement volontaires ». 😀

    8. @2flicsamiami Je comprends ce que tu veux dire mais pour moi, proposer une mise en scène illisible durant les scènes d’action n’est pas un choix, c’est juste une faille. Pour le reste, aucun problème. On digressait juste sur la technique par rapport au budget, je peux totalement concevoir qu’on préfère Wolverine à White House Down. 😉

      @borat8 Sans vouloir te vexer, quand je vois l’allure de ton blog, tu sembles totalement dépourvu de toute fibre artistique. Je ne pense donc pas que tu sois la personne la plus à même de déterminer ce qui est moche ou pas. Sinon, je suis évidemment d’accord pour The Raid, c’est un tout autre niveau de mise en scène. Mais on parle de Wolverine et White House Down ici.

    9. Ah ça devient amusant. 😉 En quoi es-tu plus à même de dire ce qui est artistique ou non que moi? Tu n’es qu’un blogueur comme moi, ton inspiration n’est peut être pas la même que la mienne et à vrai dire je m’en fous, mais dire que je n’ai pas de sens artistique alors que tu n’as jamais déposé le moindre com chez moi, c’est un peu fort. Et ne me rétorque pas la banale réplique « je n’ai pas besoin de déposer un com chez toi pour dire cela ». 😉

    10. Carton jaune ! Pas d’attaque en dessous de la ceinture s’il vous plait 🙂
      Pour répondre à Wolvy, une réalisation illisible peut être un choix si l’on opte pour un cadrage volontairement serré. Après, est-ce que ce type de choix se révèle payant lorsque le spectateur regarde le film, c’est une autre histoire.

    11. @borat8 A nouveau, je ne parle que de la forme de ton blog et aucunement du fond puisque c’est ce qui nous occupe ici (je crois qu’on est effectivement d’accord pour dire que White House Down ne vole pas haut au niveau scénario). Je ne comprends donc pas l’intérêt de ton dernier message. Pas besoin de laisser un commentaire pour se faire un avis sur le design. Par ailleurs, je respecte tous les avis et je suis sûr que tes articles sont sans doute très intéressants, je n’ai jamais dit le contraire. 😉

    12. C’est toi qui fait une allusion à ça par moi. Je renvois à ce que tu as dit: « Sans vouloir te vexer, quand je vois l’allure de ton blog, tu sembles totalement dépourvu de toute fibre artistique. Je ne pense donc pas que tu sois la personne la plus à même de déterminer ce qui est moche ou pas. » Je dois le prendre comment d’après toi, avec des pincettes? Je m’en fous complètement mais surtout évite ce genre de sarcasme, je n’en fais pas aux autres en ce qui me concerne.

    13. Je te signale quand même qu’initialement, j’ai juste laissé un commentaire à 2flicsamiami et que tu t’es permis d’intervenir avec un message totalement à côté du sujet. Comme les autres qui ont suivi d’ailleurs. Et pas plus tard que le dernier où je prends la peine de t’expliquer que je parle de la forme de ton blog et où tu me réponds que je ne peux pas connaître le fond sans laisser de commentaire. Quel rapport? Enfin soit, vaut mieux arrêter l’échange ici je pense car ça ne mène à rien tout ça.

    14. Cela permettait de faire le débat, c’est aussi ça un blog. Je ne t’ai au contraire pas juger sur ça. Mon blog est mis en valeur de manière simple, je ne vois pas en quoi cela montre que je n’ai aucun goût artistique. Sache que je ne le prends pas comme une attaque personnelle, j’ai bien plus d’autodérision que tu ne le pense. 😉

    15. Perso, je ne suis pas contre les incursions des uns et des autres dans les discussions. Cela fait vivre un blog, et surtout, ça permet les échanges d’idées même si parfois, cela tourne au vinaigre. En tout cas, je ne pensais pas que Wolverine allait faire autant débat !

  5. Une bonne surprise pour moi aussi. Un film maîtrisé de super-héros, bien réalisé où l’action est visible avec un Hugh Jackman charismatique. J’approuve.

  6. Un très bon film très divertissant même si il n’as pas la force d’un volet « X-men ». J’aime beaucoup ses personnages mais seul sans la bande je trouve qu’ils sont un peu moins forts. Reste que celui ci est plutôt convaincant même si il n’est pas exempt de défauts.

    ps : Je viens de capter que tu as une page Facebook que je vais de ce pas liker 😉

    1. Il faudrait d’ailleurs que je revoie les premiers X-Men. Mes souvenirs sont très lointains.

      Réponse au PS: Suite à ta remarque, je suis retourné sur ton blog et j’ai aussi découvert que tu avais un compte Facebook – que j’ai aussitôt rejoins. Comme quoi, tu n’es pas le seul à avoir la tête en l’air 😉

    2. Justement, à l’approche de « days of future past », je me suis remis « l’affrontement final  » juste me rafraîchir la mémoire (et aussi parce que je l’avaix jusqu’ici épargné à mes enfants). Eh bien ça fait toujours aussi mal aux yeux. Ian McKellen et Jackman sont proprement ridicules dans ce film, sans parler de la bande guignols qui ont été convoqués. Même dans l’ouverture illusoire en salle des dangers avec une sentinelle (avant-goût du futur épisode) on nous prépare à voir des scènes d’action qui sont à peu près aussi modernes que dans « l’Agence Tout Risque » époque Mr T., les dialogues itou. Reste un Fauve un poil plus réussi que celui de « first class » et surtout le très beau personnage de Jean Grey, honteusement délaissé et saboté par un scénario qui ne sait pas où donner de la tête. Seul Gavin Hood a réussi à faire pire je crois.

    3. Cela fait vraiment un baille que je ne l’ai pas revu ce troisième épisode qui avait effectivement rien de très folichon. Mais en même temps, avec Brett Ratner derrière la caméra, pouvait-on espéré mieux qu’un truc ridicule ?

  7. Vu qu’on en parle Turkish Superman (Supermen Donuyor en VO) est une perle de rire, dont je conseille le visionnage 😀
    Sinon ta critique sur les aventures japonaises de Serval me plait, parce qu’au moins équilibrée et pertinente. le film à des qualités comme des défauts, mais reste un bien honnête divertissement, ce qui devient rare venant d’Hollywood ces jours-ci. Et puis Wolvie qui se fighte toutes griffes et muscles dehors avec du Beltrami en mode western oriental, ca fait forcément un peu rever. 😀

    1. Merci 🙂 Décidément, ce Turkish Superman à une sacrée réputation.
      Et vive Beltrami !!!! 😉

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s