Critique : X-Men – Days Of Future Past (2014)

X-Men Days Of Future Past 1

Le temps des mutants.

Le retour de Bryan Singer aux affaires mutantes augurait du meilleur pour la saga X-Men, qui s’est fourvoyé dans un Affrontement Final avant de ressusciter en faisant ses premières classes sous l’oeil amusé de Matthew Vaughn. Adaptant pour cela le comics Futur Antérieur, que d’aucun considère comme l’œuvre matrice de la science-fiction contemporaine (Terminator & Co.), Singer met ainsi les pieds dans un projet ambitieux, mêlant voyage temporel et perspective apocalyptique. Pas étonnant donc que l’on y perçoive les échos graphiques d’une guerre des machines jadis esquissée par James Cameron, et d’une concentration humaine revue et corrigée à l’aune d’un futur martyrisé par la technologie. Difficile de s’affranchir d’une imagerie qui a autant nourri le cinéma américain que celle crayonnée par John Byrne et Chris Claremont en 1981. Un tribut que paye, logiquement, ces jours d’un avenir passé, associant des figures imposées, noyées sous un fan service bourré de caméos, gonflant parfois artificiellement les rangs de la résistance contre l’exterminateur. Cependant, outre le fait de pouvoir raccrocher les wagons de deux segments distants d’un demi-siècle afin d’obtenir un long métrage tout à la fois cérébral (l’espoir est l’avenir de l’homme) et ludique, les manipulations temporelles au cœur de cette nouvelle intrigue permet également de résoudre bien des problèmes. Cela concerne d’abord directement l’existence de nos super-héros, la Kitty du futur (Ellen Page) catapultant le griffu immortel dans l’Amérique de Nixon afin de désamorcer l’évènement qui entrainera la guerre et leur chute à venir. Une partie largement privilégiée par le montage et la mise en scène, faisant se succéder une évasion Vif comme l’Argent dans les allées secrètes du Pentagone (sans aucun doute la meilleure scène du film) et un conflit au sommet de Paris précipitant un peu plus le funeste destin de nos mutants, le tout arrosé d’un humour et d’effets spéciaux très efficaces. Mais ce contexte permet également de contrer les aléas d’une saga malmenée par des scènarii pas toujours enclins à apporter de la cohésion aux différents embranchements nés de cet univers. C’est donc au chausse-pied que le réalisateur et l’indécrottable Simon Kinberg (XxX 2, Jumper, Abraham Lincoln Chasseur De Vampires et X-Men – l’Affrontement Final) font entrer cet épisode au sein du continuum de la franchise, s’embarrassant guère de donner les explications nécessaire au simple mortel aux résurrections de chacun (le genre permettant toutes les pirouettes possibles et imaginables, ce cinquième volet s’en donne à cœur joie), ni de pousser plus en amont la psychologie du nain de laboratoire Bolivar Trask et de son bras armé, William Stryker. Un ensemble vide qui ne constitue cependant pas un frein à l’émotion (dont la performance à fleur de peau de James McAvoy en fait la parfaite promotion) et au spectaculaire, venant ainsi rythmer, sans aucun temps mort (ou presque), une réunion que l’on espérait tout de même plus forte sur le fond que sur la forme. (3.5/5)

X-Men Days Of Future Past 2

X-Men – Days Of Future Past (États-Unis, 2014). Durée : 2h12. Réalisation : Bryan Singer. Scénario : Simon Kinberg. Image : Newton Thomas Sigel. Montage : John Ottman. Musique : John Ottman. Distribution : Hugh Jackman (Logan/Wolverine), James McAvoy (Charles Xavier jeune), Michael Fassbender (Erik Lehnsherr jeune/Magneto jeune), Jennifer Lawrence (Raven/Mystique), Nicholas Hoult (Hank/La Bête), Peter Dinklage (le docteur Bolivar Trask), Ellen Page (Kitty Pride).

Publicités

29 commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé ce second opus qui est une très bonne conclusion pour le personnage de Wolverine. Je regrette seulement les motivations des personnages qui ne sont pas assez développé (surtout Magneto), c’est d’autant plus dommage que les acteurs sont tous bons. Même Omar Sy. Enfin peut-être/

    1. C’est vrai qu’on ne peut pas trop juger la performance d’Omar Sy sur ce film. Physiquement, il est crédible, c’est déjà ça…

  2. J’ai beaucoup aimé et ca corrige pas mal de trucs même si il reste des incohérences. Malgré tout, j’ai quand même une petite préférence pour « Le commencement » que je trouvais plus abouti et plus efficace dans son mélange psychologie des personnages – action 😉

    1. Arf, perso, entre les deux, mon cœur balance. La psychologie des personnages dans First Class y semble effectivement un poil plus développé.

  3. Excellent volet qui tient la dragée haute face à X Men 2. Le film est ambitieux, subissant les conséquences du très mauvais Affrontement final et a quelques incohérences mais reste un excellent divertissement qui s’avère assez grave. Les Sentinelles apparaissent finalement comme les nouveaux SS et la violence graphique est très présente. Les mutants prennent vraiment chers et Singer est vraiment à la limite du PG-13.

    1. En effet, un solide divertissement qui talonne de près les meilleurs épisodes de la saga. Après, ces histoires de PG, perso, je ne leur accorde que peu d’importance, du moment que le divertissement est de qualité et que cela ne se ressent pas à l’image (comme c’est le cas pour WWZ).

    2. Moi si puisque les films sont conditionnés ainsi aux USA. Dès sa mise en production, le film doit être dans telle ou telle case. Preuve en est avec World War Z. Le sujet était sujet à un Restricted, les producteurs voulaient un PG-13 et le montage cinéma a tout fait pour ne rien montrer. Il y avait donc une légère frustration de voir un film de zombies sans sang, ni charcutage. La version uncut a bien montré que la production a tout fait pour avoir un film qui peut rapporter plus, s’il est conditionné pour la famille. Ce X Men en revanche délivre des scènes de violence sans sang mais beaucoup plus perturbante. Jugeons un peu: on a une tête décapitée et éclatée, des éventrations, un écartèlement et des explosions de corps. Ce n’est pas du léger, mais il n’y a pas de sang.

    3. Je ne dis pas que cette classification n’a pas un impact sur la conception des films, mais que cela soit dit entre nous, c’est une chose auquel je ne prête pas trop d’attention… sauf si il aurait prit à Singer de filmer la décapitation de Colossus en hors champ. Là, j’aurais crié au scandale 🙂

    4. Moi si bien au contraire, car comme je le dis la classification entre directement dans la conception d’un film. Ce n’est pas le cas chez nous par exemple puisque l’interdiction arrive après la post-production du film. Ce n’est pas Colossus qui est décapité mais Iceberg. Le pauvre Colossus aura un sort beaucoup plus sadique.

    5. Oui, je sais, je te l’ai dis dans mon dernier commentaire que j’étais d’accord sur le fait que la classification à un impact sur la conception des films 🙂
      Merci pour la correction 🙂

  4. Je l’ai trouvé un cran en dessous « X-Men : First Class », mais la réalisation de Singer est vraiment très bonne (ah, la scène du Pentagone !). Les réactions dans la salle (bondée) était cependant très mitigées, voire négatives (pour les fans des X-Men, surtout)…

    1. En même temps, les fans sont des spécimens à part. Il leur en faut parfois peu pour les faire hurler. Mais bon, dans le cas de ce X-Men, noué de petites incohérences, je peux encore comprendre ce genre de réaction.

  5. C’est marrant comment tout le monde retient la scène d’évasion du Pentagone (la meilleure du film, comme l’était déjà l’intro de Diablo pour X-Men2) et pas celle où Nixon se trouve cerné par le Kennedy Stadium. Peut-être parce que ce final est assez raté.

    1. A mon humble avis (simple ressenti d’un spectateur lambda) : la scène du Kennedy Stadium fonctionne moins bien, parce que trop démesurée, sans doute….alors que celle du Pentagone, comme l’ouverture de X-Men 2, est en vase clos et pose des limites. Elle est plus facile à appréhender et du coup, plus efficace, je trouve.

    2. Ouai, et puis ça sent aussi un peu le recyclage de la scène du Golden Gate de l’Affrontement Final.

    3. Ou peut-être parce que l’acteur qui joue Nixon à gros tarin. Je sais que ce président n’a pas eu le nez fin, mais tout de même !

    1. Je commence aussi un peu à saturer niveau saga. On veut du neuf et du frais messieurs les producteurs, pas une réunion d’âge tendre et de têtes de bois !

  6. Comme toi, je trouve le film pas totalement abouti qui manque d’action et de profondeur, même s’il se laisse regarder agréablement. On aurait pu en attendre mieux. Et, c’est vrai que le nez à Nixon…

    1. Les premiers trailers annonçaient un épisode plus mélancolique, plus à fleur de peau, ce qui est assez peu le cas en fin de compte.

  7. Bon tout le monde est d’accord, la scène du Pentagone était vraiment géante à regarder.. Ainsi que le final avec un Magneto superbe en despote casqué. 😀

    Au moins Brett Ratner n’a rien à voir de près ou de loin avec cet opus!!

  8. Merci pour cette critique. J’envisageais de poursuire l’épisode First Class avec cette autre réalisation … A ce détail qu’il y a, pour de nombreux passages, les fameux « caméos artificiels. » Il va falloir que je me motive, mais depuis mon hésitation et cette ultime opinion, je reste partagé. James McAvoy était, par contre, déjà excellent dans le précédent. Lui et Peter Dinklage seront vraiment les éléments motivateurs d’un « futur » visionnage.

    P.S. : CallCine reste toujours une référence que je visite avec plaisir … Désolé de ne pas être plus « présent ». 🙂

    1. Moi aussi je passe assez souvent sur ton blog, mais en ce moment, le temps me manque pour écrire, lire les chroniques des autres, voir même pour répondre aux commentaires.
      En tout cas, quand bien même il ne soit pas parfait, je te conseil ce nouveau X-Men. 🙂

    1. Il a des défauts, mais dans l’ensemble, ce n’est pas raté. Comme tu le dis, c’est déjà pas mal 🙂

  9. Je trouve que cette critique survole beaucoup trop le film qui se révèle beaucoup dans ses nombreux petits détails. Je serais quant à moi, beaucoup plus enthousiaste, par rapport à DOFP qui me semble être à l’heure actuelle, le meilleur X-Men.

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s