Critique : Ant-Man (2015)

Ant-Man 1

Fourmidable !

L’adaptation d’Ant-Man bourdonnait dans nos oreilles depuis près de dix ans sans pourtant jamais montrer le bout de ses antennes. En 2006, Edgar Wright, au faîte de sa gloire suite au succès de Shaun Of The Dead, avait pour ambition d’écrire et réaliser les aventures de ce super héros à la taille de guêpe. Les fans bavaient d’impatience de voir ce facétieux réalisateur s’emparer de ce projet. Néanmoins, malgré leurs enthousiasmes, le projet se larvait sur les bureaux du studio, laissant Iron Man, Captain America, Thor et la troupe des Avengers lui griller la priorité – question de réputation, sans doute. Finalement, sept ans plus tard, Ant-Man obtient le feu vert du studio. Wright revoit alors sa copie avec son camarade Joe Cornish afin d’accorder ses violons avec ceux de l’univers déjà mis en place. Mais, un an plus tard, piqué par la mouche de l’autoritarisme, Kevin Feige, responsable de la division cinéma de la Marvel, met finalement un terme à cette collaboration en brandissant l’imparable argument du différent artistique. À la volée, le producteur le remplace par Peyton Reed, un Yes Man déniché sur le marché aux puces de Hollywood Boulevard, confie la ré-écriture du script à Paul Rudd et Adam McKay, et l’adaptation d’être tournée dard-dard par la nouvelle équipe afin d’assurer la sortie du long métrage pour la période estivale. Cependant, cette révision ne suffit pas à masquer les indécisions narratives papillotant le long de la phase d’exposition, partie qui semblait poser le plus de soucis lors du développement du scénario. Monotone, sans grand intérêt, la présentation de Scott Lang, robin des bois des temps modernes prêt à tous les sacrifices pour obtenir un droit de visite sur sa petite fille à de quoi filer le bourdon, et ce malgré les Rudd efforts pour rendre le personnage attachant. De ses frêles mandibules musclées sur de médiocres comédies de seconds rangs, le réalisateur, durant cette première demie heure, ne parvient à faire pénétrer dans ce portrait un soupçon d’intensité dramatique. On se demande alors si le costume que le producteur lui a précipitamment gratifié n’est pas trop grand pour lui, ou si ce dernier n’a pas rétréci à force de lavage. Et Pym ! D’un battement d’aile, le récit sort finalement de sa chrysalide et balaye d’un revers notre défiance lorsque il nous fait comprendre, une fois révélé le réseau psychologique unissant les personnages, que la qualité de cette narration se joue sur une échelle plus grande que celle d’un seul individu. Ainsi, la force de cette colonie de bannis réside dans leurs quêtes communes pour regagner l’estime d’une figure paternelle ingrate et distante, pour obtenir la bénédiction de celui qu’ils considéraient comme leurs pères. Simple et cohérente, cette dramaturgie, aussi inoffensive que nécessaire, permet d’enrichir sensiblement un spectacle de plus en plus séduisant, sans pour autant rompre avec cette frivolité que souhaitait griffer le réalisateur et son malchanceux prédécesseur. Drôle, parfois même hilarant par l’entrelacement de truculentes performances (Michael Pena et Michael Douglas en tête) et de dialogues gentiment absurdes, l’empreinte laissée par Ant-Man sur nos rétines ne finit plus de grandir. Réduisant alors peu à peu nos craintes au fil des minutes, et concluant son éveil sur un vigoureux final fourmillant de surprenantes trouvailles comiques et visuelles, ce long métrage, dont la vision manque sans doute d’un peu de gigantisme pour le hisser à la dernière marche du podium, est la preuve que l’on peut voir petit et néanmoins offrir un puissant divertissement(4/5)

Ant-Man 2

Ant-Man (États-Unis, 2015). Durée : 1h57. Réalisation : Peyton Reed. Scénario : Adam McKay, Paul Rudd, Edgar Wright, Joe Cornish. Image : Russell Carpenter. Montage : Dan Lebental, Colby Parker Jr. . Musique : Christophe Beck. Distribution : Paul Rudd (Scott Lang/Ant-Man), Michael Douglas (le docteur Hank Pym), Evangeline Lilly (Hope Van Dyne), Corey Stoll (Darren Cross/Yellowjacket), Michael Pena (Luis), Bobby Cannavale (Paxton), Judy Greer (Maggie Lang).

35 commentaires

  1. Un film sympa de présentation de personnage. J’attends de voir la suite en tout cas car pour le moment, bien que sympa, ce héros ne se hisse pas à Iron man, Hulk et consorts qui ont déjà plusieurs films à leurs actifs 😉

    1. C’est sûr qu’il part avec un fort handicap, mais perso, je n’ai pas eu de mal à l’adopter. Il ne fait aucun doute que cet homme-fourmi aura droit à une belle place au sein de la colonie Avengers.
      En tout cas, j’ai été très agréablement surpris par le résultat, et à la différence des Minions, je suis ressorti de la séance avec la banane 🙂

  2. Sans être enthousiaste, j’avoue que ce Ant-Man était moins catastrophique que ce qu’on aurait pu en attendre. Je trouve cependant que l’humour ne faisait pas toujours mouche. Par contre, Beck s’est effectivement lâché au niveau musical, et Marvel avait bien besoin d’une telle injection de dynamite. 😀

    1. Ah, moi, j’ai bien ri 🙂
      Concernant Beck, de mon point de vue, il a fait un travail exemplaire, à cent lieux d’Edge Of Tomorrow, Runner Runner et Good Kill. J’ai fait tourner trois fois l’album sur Deezer, et j’accroche davantage à chaque écoute.

  3. Donc plutôt enthousiaste devant ce nouveau film de super héros. Parmi les nombreuses adaptations, j’avoue que celle ci m’attire plus que les autres

    1. Très enthousiaste même 🙂 Cela aurait pu être mieux, mais au regard du pedigree du réalisateur placé au commande du projet, la qualité du résultat tient réellement du miracle.

    1. C’est très calibré, mais je trouve que c’est bien fait et qu’on se prend finalement au jeu de cet homme-insecte gonflé d’humour.

  4. Autant le film est un honnête divertissement et a des atouts (Paul Rudd, Michael Douglas, les scènes de fourmis). Mais une chose m’interroge. Ant Man a été conçu comme un film original comme Les gardiens de la galaxie qui avait finalement trois légers rapports avec des films du MCU (Thanos, les pierres et le Collectionneur). Or, Wright est notamment parti car cette condition n’a pas été respecté et parce qu’on lui a demandé de rassembler à tout prix le film avec l’univers dit Avengers. Même si j’ai trouvé la séquence avec un Avenger amusante, je trouve qu’elle n’a rien à voir dans ce film et pareil pour une autre chose déjà vu dans Agents of shield. Tu es dans un monde où un mec est resté 60 ans dans le coma, un mec devient un géant vert quand il s’énerve et un autre est un dieu nordique et les personnages humains trouvent étrange un mec qui change de taille dans un costume! C’est juste délirant. Idem pour un autre élément (SPOILERS) Hydra sous sa forme originelle est morte dans Age of Ultron. Dans Agents of Shield une autre branche se construit mais ce n’est clairement pas celle présenté dans Ant Man, donnant une sorte d’anachronisme douteux. (Fin des spoilers) Je trouve aussi qu’Evangeline Lilly n’a pas grande matière et Corey Stoll est vraiment mauvais et un méchant sans envergure.

    1. Perso, j’évite de lier entre eux les films Marvel, vu que la cohérence narrative n’est plus reine en son royaume (faut dire que la série Agents Of Shield, en faisant revenir Coulson, y a bien contribué).
      Pour ce qui est de Corey Stoll, beaucoup ne sont pas convaincus par sa performance. Pour ma part, je n’ai rien à redire, il se situe juste à la limite de l’excès de méchanceté que je peux tolérer, dans la lignée de la performance offerte par Willem Dafoe dans le premier Spider-Man.

    2. Pourtant tous se relie sauf Les gardiens et Daredevil et c’est ça qui devient pénible. Ils se sentent obligés de nous sortir des allusions ininitéressantes comme lorsque Scott Lang parle d’un gamin grimpant au mur. On s’en fout! On sait que Spider man va apparaître dans Civil War, pas besoin d’en parler par une private joke. Quant à Agents of shield passé 16 épisodes la série est enfin lancée et est parti dans des directions totalement en avance au regard des films liés à l’arc narratif de la saison 2.
      Willem Dafoe avait un charisme bestial que n’a pas Stoll ici. Ici il est méchant car il est méchant. Il n’y a pas de réelle recherche de personnage.

    3. Certes, entre ces deux acteurs, il y a un degré de « génie » qui les sépare. Mais à chaque apparition de Stoll, je pensais à Dafoe – sans doute à cause de cette délirante mégalomanie que leurs personnages partagent.
      En ce qui concerne Darren Cross, sa force, selon moi, et qu’il permet aux productions Marvel de revenir à des considérations plus simples, moins idéologiques et abstraites (on a bien vu ce que cela donnait avec le dernier Avengers). Il ne porte pas une autre vision du monde, il souhaite juste prendre une revanche sur son père spirituel, qui a généré des inimitiés dans son entourage en se comportant de manière égoïste, en plus de remplir le tiroir caisse de son laboratoire. De mon point de vue, c’est le méchant le plus intéressant que la Marvel ait produit récemment sur grand écran.
      Après, sa faiblesse, en effet, c’est son profil psychologique, dessiné à gros traits.

    4. Disons que Osborn est surtout un homme poussé à bout et qui passe à l’action sous forme schizophrénique. Là pas trop. ;)C’est malheureux de le dire mais aucun méchant Marvel m’a réellement marqué. A part Loki dans Thor 2 (avant je ne l’aime pas) et Ronan c’est soit ridicule soit catastrophique.

    5. En revanche dans Agents of shield certains méchants sont intéressants et Kingpin dans Daredevil vache. Vincent d’Onofrio m’a mis une de ces claques! J’avais oublié Crâne Rouge.

    6. Je t’avoue que j’ai plutôt apprécié Agents Of Shield, même si la lassitude pointe parfois le bout de son nez. En revanche, pas vu Daredevil, mais parait que c’est une très bonne production.

    7. Perso je kiffe depuis l’épisode 16 de la saison 1 et la saison 2 m’a conquis. Plus que bonne c’est le meilleur projet du MCU.

  5. Chouette chronique ! Malheureusement je n’ai pas été aussi séduit que toi par ce film, fade reprise d’un projet Wright qui promettait tellement, platement filmé par Reed, un scénario tellement convenu aux bonnes idées sous-développées… Mais on se rejoindra peut-être sur la bande originale de Christophe Beck que j’ai trouvé fort sympathique, ce thème principal par exemple est tellement grisant ^^

    1. Le film aurait pu être meilleur, c’est certain – surtout entre les mains de Wright. Mais je trouve que Reed a réussi à faire cohabiter humour, action et drame (pour moi, le final est un modèle d’équilibre) et que l’intérêt de la narration est justement d’en dire suffisamment sur les personnages, leurs relations et leurs motivations sans entraver cette héroïque désinvolture que souhaite incarner le film.
      Par contre, en effet, nous sommes d’accord sur le travail de Christophe Beck : je ne misais pas un zloty dessus, et finalement, il est parvenu à créer un véritable thème dont les accords simples accrochent facilement notre mémoire, ainsi qu’à composer une musique équilibrée, sérieuse et légère. Elle est à l’image du film.

  6. A mon tour de rejoindre la colonie des satisfaits ! Et je valide entièrement tous les calembours et jeux de mots qui fourmillent dans ta chronique ! J’ai moi-aussi jubilé devant les exploits miniatures de ce nouveau venu dans la galaxie Marvel. Tu as (four)mille fois raison de parler d’un film collectif, ce qui lui donne de la légèreté et un punch autrement plus cool que celui des démolisseurs avec un grand A. Finalement, Peyton Reed s’en sort très bien, avec Wright et Cornish qui lui font la courte échelle 😉

    1. Je n’aurais pas pris la mouche si tu avais que moyennement apprécié le spectacle proposé par l’homme-fourmi, mais te voir partager ainsi mon enthousiasme pour cette aventure miniature me remplit de joie 🙂 Ce n’est certes qu’un petit pas pour le septième art, mais c’est un de géant pour le studio Marvel après un Avengers de mauvais augure.

    1. Visiblement, tu as pris de l’avance sur l’écriture de ta critique 🙂 Heureux que ce film t’ait plu.

  7. à 2flics: oui, j’ai prit un peu d’avance mais j’avoue avoir prit beaucoup de plaisir à l’écrire… oui, Ant Man a été une très bonne surprise surtout que je ne suis pas vraiment fan des productions Marvel mais dans le cas de ce film j’ai vraiment adhéré.

  8. Malgré ton enthousiasme pour ce film d’été, la bande-annonce m’a fortement refroidi (je l’ai trouvée très laide) et je m’abstiendrai de le voir de le voir en salle.

    1. Pour tout te dire, je n’avais pas été non plus très convaincu par la bande annonce. J’y suis allé surtout parce que le concept de l’homme-fourmi m’intéressait.

  9. Excellent divertissement, mais si peu surprenant. Je m’attendais à bien pire d’après certaines critiques. L’humour ne m’a pas paru trop lourd, les allusions au MCU ne sont pas si envahissante (si on excepte la scène avec un des Avengers, un peu inutile mais drôle) et le casting est plutôt bon.

    1. Moi aussi, je m’attendais vraiment au pire, et finalement, on a eu droit à un très bon divertissement, très bien fichu et pas prise de tête.
      En tout cas, je te remercie de ton passage 🙂 Je vais d’ailleurs aller trainer un peu mes guêtres sur ton boulevard cinématographique, histoire de découvrir ton univers.

    1. Il y a du bon et du mauvais, mais tu verras cela par toi même. La critique paraitra demain, si l’inspiration me le permet.

  10. A propos du projet d’Edgar Wright, sait-on si le film avait débuté au moins à l’étape du tournage ? La reprise en main, la rapidité avec laquelle ce 2e projet a été tourné … Ne m’a pas spécialement mis en confiance pour le voir au cinéma.

    Par contre, je peux comprendre cette « séduction » justifiant ta note. Par rapport aux Gardiens de la Galaxie, tu le classerais comme un divertissement à peu près semblable ?

    1. Wright avait été débarqué quelques semaines avant le tournage, donc le projet était très avancé lorsque Peyton Reed l’a repris.
      Dommage que tu n’aies pas tenté l’expérience, c’est de loin le meilleur film de super-héros produit cette année.

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s