Bande Originale : Star Wars VII – The Force Awakens

Une force en sommeil.

Star Wars VIIStar Wars VII – The Force Awakens

Compositeur : John Williams

Durée : 78 min. / 23 pistes

Éditeur : Walt Disney Records

Depuis que John Williams se limite aux seuls films réalisés par son ami Steven Spielberg, chacune de ses apparitions au générique est un évènement, d’autant plus marquant en cette fin d’année 2015 qu’elle s’opère dans un contexte particulier, au sein d’une saga dont il est l’un des démiurges, et pour un réalisateur étranger à son cercle d’amitié professionnel. C’est donc en proie à une terrible excitation que l’on pose l’oreille sur la musique de ce Star Wars VII.

Lorsque J.J. Abrams vint à rencontrer le compositeur en juin 2013 afin de le convaincre de rejoindre l’aventure, ce dernier accepta l’invitation sans réserve. « Je pensais que ce serait très amusant » [1]. Alors que son corps semblait lui rappeler son grand âge (il ne pu d’ailleurs assurer la composition du dernier Spielberg, Bridge Of Spies, pour raison de santé), l’écoute de cet album nous démontre que la Force ne l’a pas encore quitté, dirigeant son orchestre avec cette aisance qu’on lui connait bien, secondé pour l’occasion par son fidèle padawan, le vénézuélien Gustavo Dudamel. Ainsi, les pièces d’action, honteusement sous-mixées à l’image, acquièrent, en écoute séparée, une insolence nouvelle tandis que se déploie l’exécution d’une partition techniquement irréprochable.

Si tout le monde s’accorde sur les évidentes qualités d’orchestration avancées par ce score, ses qualités mélodiques sont en revanche loin de faire l’unanimité dans le cercle des cinéphiles, et à fortiori celui des béophiles. Malgré les directives de Georges Lucas pour valoriser les effets sonores au détriment de la musique (volontés en partie déjoué par l’obstination du monteur-son Kenneth Wannberg), John Williams était parvenu à marquer durablement la prélogie par de nouveaux thèmes immédiatement identifiables. C’est à cette lumière ô combien intimidante que les déçus évaluent ce dernier effort, et malheureusement, force est de constater que rien n’égale ici la virtuosité de Duel Of The Fates ou Battle Of The Heroes. En comparaison, les moments de bravoures peuplant ce septième épisode apparaissent moins époustouflants et remarquables que par le passé.

On soupçonne dès lors le compositeur d’avoir soustrait son génie mélodique et ses fulgurances orchestrales pour céder à l’écriture musicale dominante (cette pondération satinée propre à Alexandre Desplat à laquelle fait fortement allusion son Rey’s Theme), avant de reconnaitre finalement qu’il murissait cette intériorité plusieurs années auparavant – évolution dont il fit une récente application sur The Book Thief. L’esprit humain est-il donc à ce point infecté par le sentiment de nostalgie qu’il en vient à glorifier arbitrairement le passé au détriment d’un présent jugé plus terne ? Face à la somme de qualités objectives et de frustrations subjectives entourant ce nouveau Star Wars, la question reste définitivement ouverte…

La bande-son de The Force Awakens s’apprécie finalement surtout comme le prolongement des scores composés pour les trois épisodes historiques, disséminant ses accords références sur l’ensemble de sa partition comme un fil rouge tendu entre les deux chronologies. On prend alors conscience de la pertinence des choix effectués pour escorter au mieux cette nouvelle aventure inter-galactique et de son aptitude à réveiller les antiques forces qui sommeillaient en lui, démontrant par la même que le vieil homme n’en est pas encore à son dernier mouvement (on le retrouvera d’ailleurs l’été prochain sur The Big Fat Giant de Steven Spielberg). (3.5/5)

Star Wars VII BO Une

[1] Los Angeles Times/John Williams on Force Awakens score : « I felt a renewed energy, and a vitality » (http://www.latimes.com/entertainment/arts/culture/la-et-cm-star-wars-force-awakens-music-score-john-williams-20151217-story)

Publicités

6 commentaires

    1. Nous tombons d’accord autour de ce score qui, bien que terne en comparaison avec les précédents épisodes, propose de très jolies moments.
      Merci de ton passage 🙂

  1. Un score à l’aune de son sentiment sur le film semble-t-il : agréable sans être révolutionnaire. Williams fait donc « le job » comme on dit, et j’avoue en effet que, si elle ne m’a nullement écorché les oreilles, sa partition n’a pas franchement imprimé mes tympans. Peut-être qu’ il n’est pas si aisé de se frayer un chemin mélodique à travers l’orage tonitruant des thèmes d’antan.

    1. Il faut dire que le mixage de ce Star Wars VII ne met pas vraiment en valeur sa musique.
      Mais même sans cela, cette partition (en dehors du thème de Rey) a bien du mal à s’imposer à l’oreille. Il est donc en effet possible que la force des thèmes d’antan en perturbe sa réception.

  2. C’est vrai qu’à l’écoute du score de Williams, et ce malgré les toujours bienvenues citations thématiques, il n’y a pas de moment fort qui vient marquer l’album; mais ce n’est que le premier épisode, et gageons que la montée des enjeux soit traduite avec la même intensité que pour l’épisode III. J’attends toutefois d’écouter la version spéciale Oscars qui vient de sortir pour me faire un avis définitif sur la chose…

    1. De mon point de vue, la version « For Your Considération » n’apporte pas grand chose en plus en terme thématique. Ceci étant, comme toi, j’attends d’écouter comment évoluera la musique sur les prochains épisodes de la saga.

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s